Retours de Frédérique Pallez sur l’article de synthèse

Suite à la publication de notre article final, résumant nos travaux tout au long de l’aventure OpenCampus, notre enseignant-référent Frédérique Pallez nous a suggéré quelques pistes de développement pour la suite. Nous vous les retranscrivons ici.

- Sur l’aspect “plateforme francophone”, il est suggéré d’analyser plus avant le vecteur d’attractivité que peut représenter une plateforme MOOC française. À ce titre, nos échanges avec l’Agence Universitaire de la Francophonie pourront s’avérer utiles. De même, OpenCampus se devra d’être plus précis sur la langue : une plate-forme française implique-t-elle que tous les cours soient en français ? Frédérique Pallez souligne ainsi qu’il y a tout un débat actuellement dans l’enseignement supérieur, certains défendant l’idée qu’il faut être plus souple sur la langue, surtout dans les premières années, pour attirer des étudiants…

- Sur les coûts, l’évaluation est intéressante et paraît raisonnable. Deux remarques :
> il est recommandé d’isoler les heures d’enseignant et les regrouper en ETP (Équivalent Temps Plein). Il est en effet délicat de les valoriser monétairement et de les agréger au reste car les enseignants ont un service exprimé en heures, et il faudra regarder précisément comment gérer ces heures “supplémentaires”. Seront-elles déduites du service, payées en plus ? Donneront-elles lieu à des remplacements par d’autres enseignants ?
> par ailleurs, l’évaluation considère uniquement des coûts de réalisation/mise en place (i.e. d’investissement). Il faudra également évoquer le coût du “service” qui devra être mis en place sur les MOOC par les enseignants. Tout ne sera pas automatisé, et la qualité d’OpenCampus se jouera aussi là-dessus (notamment en terme de personnalisation de l’enseignement).

- Une réflexion centrée sur la mobilisation des enseignants devra être mise en place, avec trois points-clés : (1) la formation des enseignants, (2) la prise en compte de ces heures de travail (cf. ci-avant), et (3) les questions d’évaluation.

- Au-delà de la formation professionnelle, que nous avons évoquée, se pose la question plus large de la “formation tout au long de la vie”. Différents concepts peuvent ainsi être développés autour de cette idée : l’orientation à l’entrée dans le supérieur, ainsi que les aspects “seconde chance” et “mobilité professionnelle”.

Merci à Frédérique Pallez pour ses conseils précieux et son soutien. Nous sommes bien sûrs preneurs de vos commentaires !


Comments are closed.