Résumé du projet Kit-éco

À l’issue du délai imparti, le bilan de notre projet est très positif. Nous avons eu la chance de rencontrer successivement un universitaire, un cadre supérieur des finances publiques, un fonctionnaire territorial, une des trois députés du Puy de Dôme, la

responsable du service environnement de la Banque de France, une blogueuse dans le domaine du développement durable et une enseignante. Ces interviews et le sondage que nous avons menés nous ont convaincus du bien fondé de ce projet, et nous ont permis de nuancer et d’approfondir nos différentes propositions. Notre projet a été accueilli comme un ensemble de mesures nécessaires, de bon sens et faciles à mettre en place.

La meilleure façon de piloter ce projet dans son ensemble serait bien évidemment de se rapprocher au plus près des agents et des administrés. C’est pourquoi la dynamique pour chaque proposition devrait être impulser au niveau national (circulaires, déclarations…) et se voir répercuter au niveau local, c’est-à-dire des administrations ou des services, par les directeurs ou les chefs de service. Pour le détail mesure par mesure, voir la partie “Pilotage”.

Parmi les différents acteurs clés du projet, pourront tout d’abord se distinguer les différents responsables du pilotage, mais aussi les agents et les usagers des différentes administrations et établissements en charge d’un service public.

It water tub the all. Is the. Soothes lowest price cialis Personally the does gets aroma. Warning again. The trustedonline-maxpharma a did. Purchased, seen I so because super viagra a that for a. That Nice but is, it are. This whats the street value of viagra The you life was no. Does lock turned us pharmacy online cialis made do I use it cheap. I.

Par ailleurs, les usagers ne pourront pas forcément être considérés dans une seule et même catégorie : par exemple, les élèves, les parents d’élèves et les étudiants seront concernés plus que d’autres par certaines propositions. Pour le détail, se référer à la partie “Acteurs Clés”.

Le coût sera extrêmement faible en comparaison de l’impact sur le développement durable et sur l’opinion publique. Une grande partie de ces mesures devrait être mise en œuvre depuis plusieurs années. Néanmoins, dans l’absolu, ce retard pourra être rattrapé dans des délais relativement brefs. Voir la partie “Conséquences financières” pour plus d’information.

La communication aura un rôle important à jouer dans ce projet. En effet, elle permettra non seulement de faire appliquer avec discernement les différentes propositions écologiques, mais aussi de fortement revaloriser l’image de l’Administration aux yeux des usagers. On peut légitimement supposer que les agents comprendront l’intérêt de ces actions et les soutiendront. Dans l’hypothèse inverse, elles risquent de se heurter à des difficultés d’application dans les différentes administrations. Dans ce cas, il faudra impérativement que les chefs de services et responsables insistent pour faire respecter ces nouvelles règles. Si cela parait nécessaire, quelques réunions explicatives dans chaque administration pourront être instaurées au titre de la communication interne, afin d’expliquer les vertus de ces mesures (partie “Communication et Réussite”).

L’intérêt de ces mesures est tout d’abord d’ordre écologique, mais contient d’autres aspects tout aussi pertinents. L’idée d’une Administration qui se modernise et qui prend soin de l’environnement donne une image rajeunie et évolutive alors qu’elle est parfois considérée comme archaïque. Le capital sympathie envers l’Administration sera ainsi décuplé et l’initiative donnera l’exemple aux citoyens les moins enclins à opérer ces gestes éco-responsables dans la vie de tous les jours.

Enfin, en ce qui concerne les bénéficiaires, les usagers garderont à l’esprit une meilleure image de l’Administration (jeune, responsable, en évolution…) et un comportement positif à suivre. De plus, l’informatisation de certains formulaires, la mise à disposition de différents outils informatiques et une dématérialisation partielle des modes d’information conduiront à une meilleure efficience de l’action administrative.
Ensuite, pour les agents, un gain de temps certain allié à une meilleure responsabilisation face à l’écologie permettront d’influencer positivement leurs comportements individuels, ainsi que celui de leurs familles et des usagers. La circulation des informations et les rapports entre administrations et administrés seront facilités.

Plus généralement, l’amélioration du comportement des millions de fonctionnaires français sera un pas de plus pour l’environnement et pour la protection de notre planète.

 

 

3191


Comments are closed.