Paré à soigner, un projet Open data !

Paré à soigner est aussi un projet d’Open data ! C’est l’idée par laquelle notre projet a été approfondi à la suite de notre entretien avec Kristof de Meulder, chef de projet à l’Agence du Patrimoine Immatériel de l’Etat. En effet, l’application Smartphone et le site internet recueillant les informations sur l’offre de soins proposé par notre équipe envisage de récolter et de rendre publiques les données d’un maximum d’offreurs de soins (nom, contact, localisation, tarif, et idéalement temps d’attente).

open data

Des données réutilisables, mises à la disposition du citoyen.

 Il pourrait être envisagé que ces données récoltées soient réutilisables et mises à disposition des acteurs privés qui peuvent les consulter, et utiliser leur imagination et leur ressources pour les mettre en valeur et les exploiter.

L’Open data et Paré à soigner, un dispositif de coopération gagnant-gagnant pour les acteurs publics et privés au service des usagers.

 Ainsi, si l’Etat n’a pas le budget de réaliser l’application proposée par Paré à soigner, il a néanmoins l’autorité et les moyens de récolter un certain nombre de données dont ne disposent pas les citoyens et les entreprises privées.

On pourrait donc imaginer que ces derniers puissent eux-mêmes créer l’application Smartphone proposée par Paré à soigner, sur la base des données sur les offreurs de soins mises à disposition selon le principe de l’Open data  à ces acteurs.

De même, cette application créée par les acteurs privés avec leurs propres moyens pourraient être gratuite aux usagers grâce au financement de la publicité, celle-ci ayant également un potentiel important pour être téléchargée à grande échelle et intéresser les offreurs privés (vu qu’étant dans l’intérêt de tous les citoyens et représentant une attente réelle de ces derniers).

Etalab, acteur clé du projet Paré à soigner!

Dans cette tâche, Etalab, le service du Premier ministre chargé de l’ouverture des données publiques et du développement de la plateforme française Open Data pourraient être un acteur central de notre projet.

étalab

 

http://www.etalab.gouv.fr/

 


5 comments

  1. Agathe Duhamel dit :

    L’idée de créer une application pour smartphone est très bonne, j’espère qu’un acteur privé s’en saisira pour permettre à votre projet d’avoir le maximum de retombées positives pour les usagers du service de santé !

  2. Paré à soigner dit :

    Merci beaucoup! Le coût du projet devant être le plus réduit pour les autorités publiques, et l’Open data se développant comme “un nouveau pétrole” selon certains commentateurs, il nous a paru intéressant de proposer cette technique de partenariat public-privé selon les tâches que chacun est le mieux doté pour faire:

    - la centralisation des données auprès des professionnels et établissements de santé pour les autorités publiques (via une autorisation légale ou réglementaire, DGOS, et ARS et CNAM par exemple) ;

    - la réutilisation des données mises à dispositions pour les opérateurs privés produisant des outils numériques (applications smartphones, plateforme internet), et ainsi mettant en valeur les efforts acteurs publics et de santé au service des citoyens.

    On pourrait également penser à une labellisation des applications smartphones et autres outils numériques produites par les acteurs privés avec les données publiques par les autorités de la santé publique (DGOS?) qui certifie la fiabilité de celle-ci, valorise le patrimoine immatériel de l’Etat, et peut profiter aux fabricants d’applications en attirant la confiance de l’usager pour son appli (qui pourrait être gratuite via la publicité).

    Merci de nous suivre et à bientôt :) ! (les publications s’arrêtent dans quelques jours le 20 mars…)

  3. Lenny Pomerantz dit :

    A l’heure où les jeunes passent se soucient plus de leurs smartphones que de quoi que ce soit d’autre ce projet me semble être une excellente idée!

    Ce concours est d’ailleurs une excellente idée. Demander à la jeune génération de se préoccuper de son propre avenir ne pouvait pas mieux convenir. Qui mieux que nous pour savoir quels seront nos besoins dans les années à venir?

    Une réflexion manifestement menée par les porteurs du projet Paré à soigner qui ont su parfaitement cibler les besoins d’aujourd’hui mais aussi et surtout ceux de demain.

    Bonne chance!

  4. Paré à soigner dit :

    Merci Lenny pour tous ces encouragements. Nous les apprécions beaucoup. N’hésitez pas à promouvoir notre projet autour de vous.

  5. Paré à soigner dit :

    Merci chère Agathe pour cette contribution. Nous sommes également convaincus du bénéfice de notre projet pour tous, tant pour les professionnels que pour les usagers. L’idée de confier cet outil à un prestataire privé à la fois pour sa réalisation, son pilotage et sa maintenance à l’issue d’une offre publique d’achat est pertinente lié à des questions financières et de compétence technique.