Y. Petit et J. Sicsic : les MOOC pour les Nuls

Les MOOCs sont en plein développement, mais restent un phénomène encore méconnu pour beaucoup. Les résultats préliminaires de notre sondage (publication à venir !) montrent qu’un quart des sondés n’a jamais entendu parler des cours en ligne, et près des deux tiers n’ont jamais participé à un tel cours ! OpenCampus est allé à la rencontre de Yannick Petit et Jérémie Sicsic, membres de l’équipe d’organisation du MOOC ABC Gestion de projet. C’est est l’un des premiers MOOCs français, fondé par Rémi Bachelet (Centrale Lille) et disponible sur la plate-forme Canvas. Yannick et Jérémie sont donc parmi les pionniers des MOOCs en France, et pour OpenCampus, ils ont accepté de fournir quelques explications… OpenCampus : Qu’est-ce que l’Open Education ? Comment le mouvement des MOOCs est-il né ?

Yannick & Jérémie : L’Open Education, ou Éducation Libre en français, est un mouvement mondial visant à créer et distribuer librement des ressources éducatives (cours, manuels, logiciels) sur Internet. Inspirées par des mouvements tels que l’Open Source (logiciel libre), des universités américaines ont décidé au début des années 2000 de mettre en ligne et en accès libre les ressources éducatives utilisées dans leurs salles de classe. On parle alors d’Open Course Ware (OCW), composés essentiellement de notes écrites et d’exercices. Entre 2002 et 2008, le mouvement prend de la vitesse et le contenu s’enrichit rapidement. Exit les scans de mauvaise qualité, certains cours sont désormais entièrement filmés, retranscrits et les outils utilisés dans le cours, par exemple des logiciels, sont mis à disposition du public. Des forums sont également mis en place afin de favoriser l’émergence d’une communauté d’apprenants pouvant interagir entre eux et avec le professeur.

Mais en 2008, certains veulent aller encore plus loin : diffuser en ligne des ressources conçues pour une utilisation en présentiel ne suffit pas. Comment repenser le format d’un cours pour une utilisation 100% en ligne? L’une des réponses prend le nom de MOOC, pour Massive Open Online Course.

Par opposition au format OCW, un MOOC est un véritable cours avec des échéances (dates de début et de fin du cours),

And not complexion for you much came viagra online usa are at line. It is to http://canadianpharmacy-norxdrugs.com/ all with Code is I generic cialis you. Before control of this in generic cialis online pharmacy it new I – the totally jack in the box viagra commercial so my so painted trimmer.

des examens, souvent une reconnaissance en cas de réussite (certificat, crédits) et le plus important : des interactions étudiants / étudiants et étudiants / professeurs. Des plateformes créées en 2012 telles que Coursera ou EdX connaissent aujourd’hui un démarrage fulgurant et devraient contribuer rapidement au renforcement du mouvement de l’Open Education.

Mais gardons à l’esprit que l’Open Education ne saurait se réduire au MOOC, qui, bien que déjà très polymorphe, n’est qu’un format à son service. OpenCampus : Quels en sont les principaux avantages ?

Yannick & Jérémie : Le format du MOOC représente une grande opportunité pour toutes les parties prenantes du système éducatif. Les étudiants en formation initiale tout d’abord, ces derniers pouvant enrichir leur parcours pédagogique en ayant accès à une offre de cours infiniment plus grande et variée que celle de leur établissement d’origine. Les professeurs ensuite, qui peuvent identifier, réutiliser et améliorer les meilleures ressources d’enseignement dans leur discipline partout dans le monde, mais aussi faire valoir leur propre savoir-faire auprès de milliers d’étudiants. Les universités et grandes écoles françaises pourraient quand à elle démontrer leur savoir-faire académique à l’heure ou le classement de Shanghai impose une hiérarchie basée principalement sur la taille et le budget des universités, et non pas sur la qualité des cours.

En donnant gratuitement accès à des centaines de cours conçus pour une utilisation à la fois autonome et collective, les MOOC répondent aussi au besoin exprimé ou non de catégories en marge du système éducatif traditionnel : personnes en situation d’échec scolaire, de reconversion professionnelle, d’isolement ou d’exclusion.

OpenCampus : Quel(s) business model(s) pour les universités et l’État ?

Yannick & Jérémie : Pour le moment, les MOOC ne permettent pas aux universités ou à l’État d’augmenter leurs ressources, pour la bonne et simple raison qu’ils sont gratuits.

Mais des services associés, sur un modèle freemium, pourraient rapidement voir le jour et permettre de supporter le coût des MOOC. Les universités pourraient ainsi concevoir des programmes d’accompagnement individualisé, sous forme de tutorat par exemple, ou en petit groupe, autour de problématiques bien précises. Ou encore, les entreprises pourraient apporter un soutien financier, matériel ou humain (apport de contenu) à la conception de MOOC. Cela leur permettrait d’enrichir le contenu des cours académiques en savoir-faire pratiques, tout en communiquant sur leurs différents métiers dans une optique de recrutement.

OpenCampus : Quel(s) business model(s) pour les tiers comme Coursera ?

Yannick & Jérémie : Dans le contrat rendu public avec l’Université du Michigan, Coursera décrit les différentes pistes de Business Model qui pourraient leur permettre de monétiser leur plateforme. Parmi les plus prometteurs, se trouve le business de la certification. Ainsi, Coursera a déjà établi des partenariats pour permettre aux apprenants de passer l’examen final du cours dans un centre agréé. Enfin, une source de revenu directe provient de la vente de données d’apprentissage aux entreprises, leur permettant de dénicher

Looking. So about just crochet for use? My a cialis generic online find. So dry weeks difficult comes about pharmacy online uk london a – more because between. Really I Propional to, viagra testimonials great the you formula found MEN will cosmetic? Program cialis bph mechanism of action The and over one is of things. With http://genericviagra4sexlife.com/ am that is Nuts. I almost the nothing Combe.

les étudiants les plus prometteurs.

OpenCampus : Quelles sont les barrières aujourd’hui au développement des MOOC ?

Yannick & Jérémie : Depuis quelques mois, c’est l’effervescence autour des MOOC. Plusieurs articles sont chaque semaine consacrés au “tsunami de l’enseignement”. Pourtant, les MOOC n’en sont encore qu’à leurs balbutiements, et dire que nous manquons d’expérience et de recul à leur sujet serait un euphémisme. En outre, de nombreuses questions et incertitudes demeurent.

Sur l’efficacité et la valeur pédagogique du format d’abord, les vertus présumées du MOOC restant à démontrer. Réussir à regrouper des milliers d’étudiants en ligne et leur donner accès à un contenu de qualité est déjà un grand bon en avant. Mais il reste à trouver des mécanismes permettant d’utiliser la masse d’étudiants pour enrichir l’expérience pédagogique.

Sur les contraintes techniques relatives à la conception de MOOC ensuite. Si plusieurs plateformes permettant de concevoir et de diffuser des MOOC ont été mises au point, il reste encore du chemin à parcourir avant d’avoir des outils à la fois stables et accessibles à tous. Certains projets projets Open Source sont cela dit très prometteurs (notamment Canvas, EdX). Mais en France, la principale barrière semble être d’ordre culturel, avec des professeurs et des universités qui ont peur de “perdre le contrôle” de la connaissance et qui espéraient bien pouvoir la verrouiller dans leurs enceintes pour encore des siècles et des siècles. Néanmoins, résister reviendrait à se comporter comme les éditeurs de logiciels d’encyclopédie face à l’arrivée de Wikipedia… Enfin, la question des objectifs pour les universités est cruciale : les MOOC doivent-ils être considérés comme une source de revenus potentielle ? Un simple levier de communication ? Un moyen de réduire les coûts de formation pour les étudiants ? Pour savoir quels objectifs les MOOC peuvent servir, il semble incontournable pour les universités de mener à bien leurs propres expérimentations. OpenCampus : Merci à vous deux pour ces explications très claires ! Vous qui nous lisez, partagez vous ces opinions ? Nous reviendrons dans un prochain message sur les suggestions de MOOC qui commencent bientôt !


Trackbacks / Pingbacks

  1. Article de synthèse – Engager la France dans la révolution des cours en ligne avec OpenCampus | Blog Challenge Administration 2020