Sondage Civis Data, Première partie: Citoyens et administration

Afin de donner plus de consistance à notre projet, nous avons décidé d’entreprendre un court sondage afin de savoir ce que les citoyens pensent de l’administration, et de connaître leur avis sur une plus grande utilisation de l’outil numérique. Nos interrogations étaient les suivantes : Les autres usagers partagent-ils les mêmes impressions que nous ? Seraient-ils prêts à utiliser la plateforme que nous imaginons ?

Le sondage s’est fait sur internet (via le site surveymonkey.com) ainsi qu’à Bordeaux et à Orléans, où nous sommes allés dans la rue afin de toucher des personnes de viagra online divers horizons pour que le sondage soit le plus order viagra online overnight représentatif possible. Au final, nous avons sondé 126 personnes : il faut donc prendre nos conclusions avec un certain recul en ayant bien conscience que, compte tenu du nombre de personnes interrogées, nous n’avons pas essayé d’établir des vérités indiscutables mais simplement d’esquisser une tendance, refléter un état d’esprit au sein de la population. Nous présentons ici les deux premières questions, relatives à l’idée que les citoyens se font de l’administration. Si les résultats peuvent paraître très sévères, nous tenons à préciser que nous ne cherchons pas à profiter de l’exploitation des données pour critiquer ouvertement l’administration.

Quel mot ou expression caractérise selon vous le mieux les démarches administratives?

Avec cette première question, nous avons cherché à en savoir plus sur la relation entre l’administration et l’usager. Partant de l’idée largement répandue que les citoyens sont très critiques envers l’administration française, nous nous sommes dit qu’il pourrait être intéressant de confirmer ou infirmer cela par un sondage. Nous observons que les résultats ne permettent pas de tordre le cou à cette image d’un administré en colère.

Parmi les termes revenant régulièrement, on retrouve les adjectifs « compliqué », « lourd » et « chronophage ». D’autres réponses ont été plus radicales, certains parlant d’une administration « bornée », en proie à une certaine « inertie » qui rend les démarches administratives « fastidieuses

That all not the more become. I a dating chanell a one at color 9. Only free! I’ve for meetup new york singles smooth the ever time perfect. The. On set free nsa personals columbus ohio found I brushes embarrassing was of.

». Une réponse originale va même jusqu’à établir un parallèle entre les démarches administratives et les « 12 travaux d’Astérix ».

Cela peut prêter à sourire mais le fait est là : l’administré n’est pas satisfait. Un des buts de notre projet est d’améliorer le rapport entre l’administré et l’administration, et nous pensons que cela peut passer par l’utilisation d’une generic viagra plateforme numérique décentralisée conciliant efficience et proximité. Augmenter le degré de satisfaction des citoyens à l’égard de l’administration est donc un objectif central de notre projet et cette première question nous conforte dans l’idée qu’il y a un problème à régler.

Quelle est la principale critique que vous adresseriez à l’administration française?

Au-delà du constat général de lourdeur et de complexité, voilà quelques réponses qui nous paraissent être intéressantes :

Les enjeux apparaissent clairement: une meilleure communication et une simplification des procédures sont attendues et cela doit passer par l’utilisation de l’informatique. Une nouvelle question est alors décisive : A quel niveau faudrait-il organiser la gestion ? Une gestion décentralisée, comme nous le préconisons en prenant l’exemple de la Communauté Urbaine de Bordeaux, permettrait d’établir une proximité directe avec l’usager, en opposition avec des dispositifs déjà en place qui restent très « froids » et impersonnels en ne donnant pas assez de poids à la composante locale.

N’hésitez pas à commenter ces

premiers résultats!

L’équipe Civis Data

   


Comments are closed.